Confinement Covid-19

 

Nous voilà nous Français confinés pour 15 jours (renouvelables) à la maison depuis mardi 17 mars 2020 à midi (mardi jour relié à la planète guerrière Mars, au mois de mars… « nous sommes en guerre » nous a répété 6 fois dans son discours du 16 le président Macron). Certains continuent à travailler bien sûr et nous leur en sommes reconnaissants car ils nous soignent, nous nourrissent, nous ravitaillent, nous sécurisent, nous informent.

 

Gettyimages 1208505324 2048x2048Nombreux d’entre nous pressentions que « cela ne pouvait plus durer », que « quelque chose allait se passer », que « le système est à bout de souffle », que « la nature n’en peut plus et se rebelle »…mais pratiquement aucun astrologue (à part feu André Barbault qui nous parle dès 2011 d’une sérieuse menace de pandémie dans les années 2020-21, voir son article dans la bibliographie), n’avait prévu l’arrivée de ce coronavirus inconnu (virus SARS-CoV-2 abrégé en Covid-19) apparu en Chine officiellement le 8 décembre 2019 au marché de gros de fruits de mer de Huanan à Wuhan dans la province de Hubei. En fait, selon les informations du South China Morning Post, le premier cas de coronavirus en Chine semble être apparu dès le 17 novembre 2019, soit trois semaines avant que la Chine ne reconnaisse l'apparition de ce nouveau virus et ne le déclare à l’OMS. 

Depuis l’épidémie s’est propagée dans le reste de la Chine et les pays asiatiques voisins : Corée du sud, Japon, Thaïlande, Vietnam puis dans une grande partie du monde se transformant en pandémie (déclarée le 11 mars 2020, par l'OMS). En France, les trois premiers malades, deux à Paris et un à Bordeaux, sont annoncés le 24 janvier 2020. Ce sont trois patients chinois ayant séjourné à Wuhan.

Le premier décès hors d'Asie, et donc le premier d'Europe se produit en France le 15 février dernier : il s'agit d'un touriste chinois, octogénaire, hospitalisé à l'hôpital Bichat-Claude-Bernard de Paris. Dix jours après, dans la nuit du 25 au 26 février à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière de Paris le premier Français qui ne s'était jamais rendu dans une zone d'exposition à risque décède de cette épidémie, tandis qu’un douzième décès est annoncé en Italie, en Émilie-Romagne (l’Italie qui a actuellement dépassé la Chine en nombre de morts…).

A ce jour (20 mars 2020, premier jour du printemps​) la pandémie de coronavirus touche plus de 155 pays dans le monde (sur 193 au total) et on enregistre plus de 9000 décès. En France, près de 11000 cas sont confirmés par test diagnostic PCR et 372 personnes sont décédées du covid-19. Il semblerait que le nombre de cas double tous les trois jours et que l’épidémie est encore loin de son pic ce qui inquiète à juste titre tous les spécialistes de santé sur les capacités de nos hôpitaux à pouvoir répondre humainement et techniquement à l’afflux de cas sévères aux urgences.

 

Gettyimages 1208303256 2048x2048Nous voilà donc dans l’incertitude sur l’avenir de cette épidémie : Va t’elle flamber ? Va-t-elle diminuer et s’arrêter avec l’arrivée des premières chaleurs ? Le virus va-t-il muter (il existe déjà actuellement deux souches, le type L et le type S) ? Va-t-elle revenir chaque année comme la grippe saisonnière ? Va-t-elle toucher nos proches et nous personnellement ? N’aurons-nous que des symptômes bénins ou serons-nous gravement voire mortellement touchés ? Saurons-nous nous protéger et protéger les plus fragiles du virus de la peur, de l’angoisse, de l’irrationnalité, de la dépression pendant cette période de quarantaine, sachant que l’inquiétude et le stress diminuent nos défenses immunitaires ? Aurons-nous la force morale, les ressources spirituelles de nous garder dans notre paix intérieure ?

Jusqu’à peu je me disais encore qu’il faut raison garder, car certes nous n’en sommes pas encore au pic de l’épidémie, mais à l’heure actuelle quand on annonce 372 morts du covid-19 depuis le début de l’épidémie, en même temps, chaque jour en France 6 personnes meurent par accident de la route, 25 de la grippe*(sauf cette année où elle est moins forte) ou par suicide et 413 du cancer…. En outre, on le sait, plus de 98 % des malades du coronavirus en guérissent. Mais évidemment la menace d’un virus n’est pas de même nature et il semble malheureusement que la crise soit bien plus grave que cela.

On peut (ou pouvait il y a quelques jours encore) aussi se demander pourquoi tout cet affolement médiatique, cette psychose amplement relayée depuis début janvier qui met dorénavant en danger toute l’économie mondiale ?

Je n’ai pas la réponse et n’ai pas envie de polémiquer sur les différentes pistes envisageables mais on pourrait dire que quelle que soit la cause terrestre et cosmique de l’émergence de cette épidémie mondiale « le fruit est mûr » pour qu’un changement radical s’opère dans nos sociétés, nos comportements, nos vies, nos consciences et que l’infiniment petit (le fameux grain de sable qui enraye la machine) s’en fait le déclencheur et le vecteur.

 

Quelques très bons articles astrologiques sont déjà parus sur l’analyse de cette crise avec notamment des références à la Chine et au monde (voir bibliographie), pour ma part je me cantonnerai ici à regarder ce que cela signifie pour nous français en essayant d’interpréter la synastrie des thèmes de la France (Vème république, 28/09/1958 – 22h) et du jour du début du confinement (17/03/2020 – 12h).

 

Tout d’abord penchons nous sur le thème du confinement.

 

Confinement 1

 

L’Ascendant en Cancer fait référence au peuple, à l’univers émotionnel, il se trouve encadré par le Nœud lunaire Nord et le Soleil Noir : un moment très important à n’en pas douter pour le devenir du pays et du monde.

Le Soleil Noir (voir mon article pour plus d’explications) est un facteur de confrontation à des évènements mondiaux et semble mettre l'humanité en face d’un défi de survie. Parmi les mots clés associés au Soleil Noir on en trouve de très parlants associés à la situation de confinement actuelle : sacrifice, renoncement, présence d'une absence, facteur anti-vie, réalité d'un vide, action de l'invisible (le virus) sur le visible…Ce Soleil Noir symboliserait un rite purificateur et de destruction de l'orgueil précurseur de la possibilité d’une illumination, d’un changement initiatique.

Le Nœud Nord (NN), lui, nous engage à dépasser nos réactions émotionnelles activées par la peur viscérale, archaïque de manquer et notre sentiment d’enferment et d’isolement (NN en Cancer en XII et Lune, maitresse du NN, en exil en Capricorne sur le Descendant et conjointe au Nœud Sud (NS)).

Quand on sait que les éclipses se produisent sur l’axe des Nœuds lunaires on ne peut qu’entériner l’assombrissement de cette Lune capricornienne conjointe au NS sur le Descendant : finies les rencontres, les regroupements sociaux et amicaux, les embrassades, les douces attentions cancériennes, voici venu le temps de la retraite, du détachement, de la méditation, des activités d’intérieur, en famille pour ceux qui le sont et en solitaire pour les autres. 

L’axe des Nœuds lunaires dans les maisons VI-XII liées aux maladies indique clairement la cause du confinement qui nous dépasse complètement et nous oblige à faire un bilan de nos vies (NN en XII), à nous détacher de nos habitudes, de nos vieux schémas de comportement et à nous transformer en profondeur (Lune maitresse du NN conjointe au NS dont le maitre Saturne est conjoint à Pluton en Capricorne).

Le trigone Lune Capricorne-Vénus Taureau entre les maisons VII et XI laisse cependant penser que ce confinement permettra à beaucoup de se faire du bien, en cuisinant par exemple (Vénus Taureau) ou en jardinant pour ceux qui ont un jardin (Vénus et Lune en signes de terre) et en restant en connexion avec leurs amis et leur famille que ce soit par téléphone, Skype, Whatsapp, et les réseaux sociaux (Lune en maison VII des relations et Vénus en maison XI des amitiés). Les femmes (Lune-Vénus) sauront sans doute mieux que la plupart des hommes profiter de cette période de confinement à la maison.

 

Le fait que la moitié des planètes (soit 5 sur 10) dont trois des plus dures (Mars, Saturne, Pluton) soient placées dans le signe du Capricorne exprime l’étendue des restrictions, des frustrations, de la rigueur imposées à la population (Lune Capricorne maitresse de l’AS Cancer).

Le gouverneur de la maison VI (la santé, les maladies), Jupiter, est aussi dans ce signe hivernal et en conjonction étroite avec Mars, Pluton et Saturne : il témoigne de la crise, de la « guerre sanitaire » pour reprendre la formule d’E. Macron. Etant en chute dans ce signe Jupiter a bien du mal à répandre ses bienfaits, pris entre le marteau marsien et l’enclume pluto-saturnienne ! Il nous semble figurer ce personnel soignant dévoué et débordé, en première ligne, faisant avec les moyens du bord. Le sextile entre Jupiter-Mars et Neptune-Soleil nous parle cependant de bienveillance active, de solidarité, d’initiatives généreuses, d’offres de services multiples en ces temps difficiles. Quant au sextile Mercure-Uranus il nous promet la floraison de belles trouvailles, d’idées ingénieuses et novatrices et pourquoi pas le remède inattendu et salvateur (suivre avec attention les effets de l’hydrochloroquine du Pr. Raoult sur ses patients et dans les essais cliniques récemment lancés).​

 

Beaucoup d’astrologues lient le risque épidémique à la relation entre les planètes Mars et Neptune. Avec le sextile formé par le trio Mars-Jupiter-Pluton avec Neptune en Poissons en maison X l’épidémie est bien mise en exergue et elle apparait particulièrement grave, suffisamment grave (Saturne qui gouverne toutes ces planètes en Capricorne est en maison VIII, lieu des crises, des métamorphoses et de la mort) pour que le gouvernement ait pris cette décision radicale de confinement.

Le degré symbolique de Saturne (degré Sabian de Dane Rudhyar) nous montre « une réunion secrète d’hommes d’affaires importants » avec pour interprétation : « Le pouvoir de prendre la responsabilité de décisions dont le choix est déterminé grâce à de mûres réflexions en compagnie de ceux qui partagent ce pouvoir… Ce degré fait référence au pouvoir exécutif mais aussi à l’existence d’un « Gouvernement intérieur » ayant le pouvoir de diriger ou guider l’évolution de notre planète et du genre humain ». Jupiter maitre de la X (le chef du gouvernement) accompagné de Mars-Pluton-Saturne en VII et VIII (réunion de crise) en sextile à Neptune et Soleil en X symbolisent cette décision de confinement prise au sommet de l’Etat. Signalons que Saturne touche directement l'Ascendant d'Emmanuel Macron (à 28° du Capricorne), indiquant que sa responsabilité et sa capacité à gérer cette crise inédite sont très personnellement engagées.

 

Ce Jupiter, réputé traditionnellement « grand bénéfique », semble pourtant pratiquement toujours présent, soit en conjonction avec Pluton, soit avec Saturne, soit Uranus ou Neptune et plus fréquemment encore pris dans un stellium de planètes lentes lors des grandes épidémies de notre monde. Il ne faut pas oublier que Jupiter maitrise le signe des Poissons et tient en cela la main de Neptune comme symboles de disséminateurs de microbes. En outre Jupiter amplifie ce qu’il touche, alors quand il est encadré par Mars dieu de la guerre, des fièvres et inflammations, Pluton, dieu des enfers et Saturne, seigneur des limitations, des deuils et du karma, on ne peut que se faire du souci. Cependant il est vital en ces temps troublés qui commencent de garder à l’esprit que nous avons le choix de cultiver et renforcer nos ressources intérieures (Mars, le courage, la détermination, Pluton, la puissance de transformation et de régénération, Saturne, la patience, le recul et la sagesse) pour traverser les épreuves et accéder au meilleur de nous même.

 

La peste a tournaiDans son magistral article sur les pandémies, l’astrologue André Barbault souligne le lien entre la terrifiante "peste noire" de 1347-1348 qui décima en moins de deux ans un tiers de la population de l'Europe et la triple conjonction de Jupiter, Uranus, Pluton dans l'encadrement de Neptune et Uranus, ces cinq planètes lentes étant regroupées sur un arc de 73° (72° = quintile).  De même lors de la « grande peste de Londres » de 1665, où disparurent environ 70 000 personnes, soit 15 à 16 % de la population, on tombe une fois de plus sur une concentration planétaire où, cette fois, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune sont rassemblés sur une 40aine de degrés entre le Capricorne et le Verseau (le novile, aspect égal à 40° est synonyme de quarantaine…). Une dernière grande épidémie de peste frappa l’Europe occidentale en 1720-1721 (Marseille perdit 50 000 habitants), alors qu’avec Saturne se concentrait un trio Jupiter-Uranus-Pluton à l’intérieur d’un arc d’une 60aine de degrés. A ces épidémies s'ajoute l’introduction de la syphilis en Europe par les marins de Christophe Colomb à leur retour d’Amérique en 1493 alors que Jupiter passe à l’opposition de Saturne-Uranus-Neptune en Capricorne-Verseau…Enfin, comme je le soulignais dans mon introduction, A. Barbault est l’un des très rares astrologues à avoir envisagé dès 2011 le risque pandémique actuel en ces mots : « Il se pourrait bien que nous soyons sérieusement menacés d’une nouvelle pandémie au cap de 2020-2021, à la pointe la plus basse de l’indice cyclique de tout ce XXIe siècle, avec le quintette des lentes rassemblées sur une centaine de degrés, une conjonction Jupiter-Saturne-Pluton pouvant plus particulièrement, et même spécifiquement, se prêter au « tissu » de ce déséquilibre ».


Analysons maintenant la synastrie entre le thème de notre Vème république (thème intérieur) et celui du premier jour du confinement (17/03/2020 à 12h) 
afin d'évaluer la résonnance de cette épidémie et du confinement actuels sur nos valeurs et nos vies.

 

Confinement covid 19

 

Un étrange chassé croisé saute aux yeux : le Nœud Sud de la France est superposé à la Part de Fortune du thème du confinement tandis que simultanément le Nœud Sud du thème du confinement est conjoint à la Part de Fortune de notre Vème république. Le Nœud Sud fait référence à notre passé, notre héritage (familial, génétique, karmique), ce qui nous est connu et nous sécurise, notre inertie, nos cristallisations, dont il est souhaitable de se détacher pour continuer à progresser, à évoluer. Tandis que la Part de Fortune (PF) évoque notre bien être organique, psychique et social, notre aisance naturelle, notre capacité à jouir d’une certaine chance, d’une certaine richesse. Mais cette PF, considérée par les astrologues antiques et par Volguine comme l’un des 4 points essentiels du thème astral, représente aussi le lieu où nous sommes la proie des facéties et caprices du destin aveugle, en cela la PF rejoint la signification « d’Axe de la destinée » attachée à l’axe des Nœuds lunaires.

Cette double conjonction répétée n’a rien du hasard, elle ressemble à une injonction appuyée du Ciel à sortir de notre zone de confort, de nos certitudes sclérosées, de notre égoïsme (NS du thème de confinement sur PF Capricorne en VII de la France). Elle nous met en face de nos pulsions agressives et de nos peurs ancestrales et au défi de les dissoudre et de les transformer en courage et en force constructive pour l’avenir (PF du thème de confinement conjointe à NS-Lune Noire Bélier en XI de la Vème République).

 

Nul doute que la leçon va être rude et que le destin, sous forme de ce virus et des dommages collatéraux, notamment économiques et sociaux qui risquent d’être très sévères, va nous obliger à revoir radicalement notre copie. La lourdeur du prix à payer se révèle dans le quadruple carré formé entre le stellium Mars-Jupiter-Pluton-Saturne en Capricorne du thème de confinement avec l’axe des Nœuds lunaires de la France (ce stellium tombant en maison VIII du thème de notre pays).

L’axe des Nœuds lunaires du thème de confinement en maisons VI-XII (maladies, enfermement) est en carré à la conjonction Chiron-Lune Noire Bélier (confrontation brutale à cette menace virale potentiellement mortelle), elle-même en opposition au Soleil Balance de la Vème République en maison V : les français amoureux des plaisirs de la vie, des sorties, des distractions, des rencontres, ont bien du mal à respecter ces consignes drastiques qui inexorablement vont se durcir. La conjonction Chiron-Lune Noire en carré aux Nœuds lunaires fait penser au réveil karmique d’une vieille blessure existentielle, d'une peur incoercicible, nous obligeant, par son opposition au Soleil de notre nation, à la mettre en lumière, à traverser nos zones d’ombre, à dépasser notre peur de mourir, à contacter notre guide, notre guérisseur intérieur.

 

L’opposition du Soleil de la France à Chiron-Lune Noire et son quinconce à Uranus dans le thème de confinement rappelle l’opposition Uranus Lion-Chiron Verseau du thème de la Vème République. Uranus maitrise les maisons IX et X de la Nation, maisons symbolisant le pouvoir, le gouvernement et ses relations à l’international : le moment de la confrontation de l’Etat à une crise sanitaire mondiale a donc bien sonné.

Dans le thème de la France Uranus en Lion est harmonieusement relié par deux trigones avec Saturne en Sagittaire et la Lune en Bélier, ces deux planètes étant elles mêmes en sextile à Chiron, l’ensemble formant une figure de cerf-volant. Selon Pierre Lassalle dans la configuration du cerf-volant les planètes impliquées travaillent en synergie pour exprimer pleinement leurs talents et sont dynamisées par la planète focus ou queue du cerf-volant (ici Uranus). Uranus en Lion et gouverneur de la maison X représente le sommet de l’Etat, son chef : positivement (nous dit Pierre Lassalle) il peut devenir un magnifique rassembleur en tous domaines, mais négativement il peut s’avérer être un profiteur, un exploiteur égoïste et intéressé.

Gettyimages 1210366866 2048x2048Le thème de la France ne représente pas que la période actuelle bien évidemment mais tous les gouvernements successifs depuis l’instauration de la Vème République en 1958, en cela cette figure planétaire de cerf-volant avec Uranus comme planète focus exprime plutôt bien l’adhésion du peuple français (la Lune) aux principes, aux lois (Lune trigone Saturne) édictées par ceux qui les gouvernent (grand triangle Lune-Saturne-Uranus) malgré les rebuffades et manifestations périodiques de mécontentement et de colère, Lune en Bélier oblige (en outre la Lune Bélier est conjointe à la Lune Noire et au Nœud Sud sources de peurs et de mémoires de révoltes et de tragédies cristallisées dans notre inconscient collectif).             

Cependant si l’on se focalise sur la période de confinement actuelle, cet Uranus du thème de la France, symbolisant notre gouvernement, fait un carré à Vénus en Taureau du thème de confinement (Vénus maitresse du Soleil Balance de la Vème République et des deux maisons V France-confinement), nous montrant les français comme frappés par la foudre, par la rapidité des nouvelles alarmantes, pris au dépourvu face aux mesures de privation de contacts physiques et de sorties festives, ayant du mal à réaliser et à appliquer ces mesures.

Quant à l’Uranus du thème de confinement (à 4° du Taureau) il est en opposition exacte du duo Neptune-Jupiter Scorpion de la Vème République, gouverneurs des maisons XI et VII, confirmant la nature imprévisible, radicale, brutale des interventions du Maitre de la foudre qui bouleverse toutes nos certitudes, nos projections sur l’avenir et notre tissu relationnel. Cette opposition n'est absolument pas anodine puisqu'elle ne se reproduit que tous les 84 ans (cycle d'Uranus). Pour mémoire, il y a 84 ans, le 26 avril et 3 mai 1936, la France enregistrait la victoire électorale du Front populaire aux législatives tandis que chez nos voisins espagnols, le 18 juillet 1936, débutait la guerre civile qui fit plus d'un million de morts et 440 000 réfugiés en France.

 

Jupiter-Neptune en Scorpion forment un quinconce à Mars en Gémeaux (affections pulmonaires aigues) en maison XII (pathologies lourdes) et un sextile au 2ème maitre du Scorpion, Pluton (les crises, la mort), lui-même en carré de Mars (1er maitre du Scorpion)…des aspects inquiétants suggérant que le transit actuel d’Uranus vient réveiller brutalement une sensibilité latente de la France à un risque épidémique (liaison entre Jupiter-Neptune, Mars et Pluton évoquée plus haut dans les pandémies du passé).

 

Si dans le thème de la France Uranus et Saturne, tous deux maitres du MC en Verseau, agissent en harmonie (ils sont en trigone) et évoquent les membres du gouvernement travaillant de concert, de façon responsable et efficace, dans le thème du confinement ces deux planètes sont au contraire en carré, traduisant le manque de réactivité et d’anticipation au sommet de l’Etat (pénurie de masques, de tests de dépistage, de gel hydroalcoolique, de respirateurs artificiels, de lits de réanimation…).

Un carré est un aspect très inconfortable obligeant à agir pour sortir de la crise. Ce carré Uranus-Saturne révèle les tiraillements, les divergences de vue des membres du gouvernement et leurs conseillers sur les décisions à prendre dans cet état d’urgence sanitaire pour finalement se résoudre, le 17 mars dernier, à imposer le confinement à tous ceux dont le travail n’est pas indispensable à la survie de la nation. 

 

Alors la question que tout le monde se pose, au delà du nombre de victimes potentielles (mais les deux questions sont liées), est « combien de temps cette épidémie et ce confinement vont-ils durer ? ».

Dans le prochain article (Confinement Covid-19 Suite et fin ?) nous tenterons de déchiffrer ce que les transits planétaires ont à nous dire à ce sujet.

 

En attendant, si nous le choisissons, chacun à notre mesure, nous pouvons faire de ce confinement imposé un moment privilégié pour nous recentrer sur nos ressources intérieures et ce qui nous est essentiel : Uranus transitant à l’opposition de Neptune-Jupiter et au trigone de Pluton du thème de la France (les trois planètes transaturniennes favorisant le changement de conscience sont ainsi réunies) peut se révéler être pour beaucoup d’entre nous un formidable moment d’éveil à notre nature spirituelle.​

 

20/03/2020 - 23/03/2020

 

* Pour mémoire la grippe de 1979 ou grippe de Hong Kong a fait plus de 40 000 morts en France sans que personne ne s’en émeuve (juste quelques établissements scolaires fermés dans certaines régions et les transports perturbés). Il faut dire que les médias de l’époque, beaucoup moins prolifiques que maintenant, étaient surtout préoccupés par la gestion de « l'après-68 », par l'arrivée au pouvoir de Georges Pompidou et par la guerre du Biafra et la famine qui y sévissait. Cette grippe a tué environ 1 million de personnes dans le monde entre l'été 1968 et le printemps 1970, selon les estimations de l'OMS et a été causée par une souche réassortie H3N2 du virus H2N2 de la grippe A. Il s'agissait de la troisième pandémie du XXème siècle après la grippe espagnole (20 à 40 millions de morts en 1918-1920) et la grippe asiatique (2 millions de morts en 1957).

Toujours selon l’OMS, la grippe saisonnière fait 650 000 morts environ chaque année dans le monde tandis qu'elle touche 2 à 8 millions de personnes en France, avec un excès de mortalité attribuable à la grippe de 10 000 à 15 000 décès, principalement chez les sujets fragiles (sources Institut Pasteur). 

 

 

Bibliographie

Images :

 

 

Commentaires (2)

CHRISTINE MARC
  • 1. CHRISTINE MARC | 31/03/2020
Merci Pauline pour ce retour qui m'encourage à continuer mon travail d'interprétation.
J'ai plus de temps à moi en ces temps de confinement, je vais donc continuer à écrire.
Je vous souhaite, en ce retour forcé vers nous même, de contacter le meilleur.
Bien à vous.
Pauline
  • 2. Pauline | 30/03/2020
Articles passionnants comme toujours !
Merci pour votre analyse que j'attendais,
Bien à vous.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 27/03/2020